Month: January 2017

Le message subliminal sur les lignes de vos cheques.

Saviez vous que tous nos cheques portent un message subliminal?
Démonstration (à vérifier par vous même!):

en scannant ces “lignes” avec un grossissement à 1200 ou 2400 ppi (ou en regardant avec une bonne loupe) on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas d’une ligne mais d’une succession de caractères.

LEUROPENESEFERAPASDUNCOUPNIDANSUNECONSTRUCTIONDENSEMBLEELLESEFERAPARDESREALISATIONSCONCRETESCREANTDABORDUNESOLIDARITEDEFAIT

soit: “L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble. Elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait.”

Il existe aussi un autre message avec le même genre de déclaration “dogmatique” sur l’avenir de la planête et le développement “durable”:

“l’avenir de la planète dépend des capacités de tous à modifier ses modes de production et de consommation ..suffisamment respectueux de l’environnement pour conduite à un développement durable et harmonieux”

Qu’est ce que c’est que ce “jeu”? Pourquoi nous faire “signer” (symboliquement) une telle déclaration? Comment expliquer que toutes les banques utilisent ces mêmes messages subliminaux dans leurs chéquiers et ce sans nous avertir? Simple lutte contre les contrefaçons? Mais cela n’a pas de sens, un chèque peut être libellé sur papier libre! Et pourquoi ne pas inscrire le nom de la banque ou une série de chiffres plutôt qu’une déclaration de foi pour la construction d’un super-Etat européen?

Ce texte indiquait comment allait être menée la construction européenne: non pas comme une “construction d’ensemble”, visible par tous, supprimant d’emblée les souverainetés nationales, ce qui serait promis à un échec évident. Mais en opérant par petites touches, en retirant peu à peu aux Etats leurs prérogatives nationales, en commençant par des “réalisations concrètes” qui semblent aller de soi, de façon que les peuples ne discernent jamais le projet final et se retrouvent au bout du compte avec un super-Etat européen qu’ils n’ont jamais voulu mais dont on leur montrera que c’est l’aboutissement logique et inéluctable de tous les petits pas qu’ils ont accepté. Il est pour le moins extraordinaire de constater que le projet d’une construction européenne se faisant ainsi en catimini se retrouve sur les chèques de toutes les banques françaises (européennes?), de façon cachée, camouflée, invisible.

Un episode d’une serie incontournable à voir absolument.

Dans une société régie par la cote personnelle, Lacie veut tout faire pour obtenir l’appartement de ses rêves. Quand son amie d’enfance au statut irréprochable lui demande d’être sa demoiselle d’honneur, Lacie voit l’opportunité d’améliorer sa note et réaliser ses rêves.
Résumé détaillé

L’histoire se déroule dans un monde où chaque personne note les autres de 0 à 5, les mieux notés ayant accès à de meilleurs services. Lacie ne vit que pour améliorer sa note de 4,2 et cherche à quitter l’appartement qu’elle partage avec son frère, qui méprise le système de notation, pour les beaux quartiers. Elle se montre donc extrêmement polie et recherche toujours à obtenir l’approbation générale, quitte à mal noter un collègue qu’elle apprécie. Lacie est également en admiration devant Naomi, sa belle amie d’enfance qui a toujours maintenu sa note au-dessus de 4,6 dont elle garde le souvenir en scrutant ses profils sur les réseaux sociaux et en conservant une peluche qu’elles ont fait ensemble alors qu’elles avaient 5 ans.

Lacie trouve l’appartement idéal où elle pourrait vivre une vie de couple lisse et idéale mais elle doit obtenir une note supérieure à 4,5 pour avoir droit à une réduction de loyer. Sur l’avis d’un conseiller en cotation, elle tente de dresser une image plus personnelle d’elle-même et poste une photo de sa peluche. Peu après, Naomi la contacte : elle vient de se fiancer et demande à son amie d’enfance d’être sa demoiselle d’honneur. Lacie y voit une chance unique, par un discours millimétré, de faire grimper sa note et prépare minutieusement son texte.

Le jour de son départ, Lacie commet quelques faux pas (renverser la boisson d’une passante, prendre son taxi en retard) si bien que sa note baisse légèrement mais suffisamment pour qu’à l’aéroport, elle ne puisse pas prendre le vol prévu. Alors qu’elle commence à s’énerver et devenir grossière, elle est interdite de vol et l’agent de sécurité (un ancien collègue qu’elle n’a pas défendu) la sanctionne de « double pénalité » : chaque mauvaise note obtenue dans les 24 heures comptera double dans sa cote. Elle en est réduite à louer une voiture mais sa note, encore en baisse pour son début de scandale à l’aéroport, la contraint de prendre une voiture électrique dépassée. Quand la batterie tombe en panne et qu’elle ne trouve pas d’adaptateur, Lacie est finalement prise en stop par une camionneuse (notée à 1,4) qui comprend vite sa situation. Elle décide alors de raconter son histoire : elle-même autrefois notée à 4,6, sa note n’a pourtant pas permis à son mari de bénéficier des soins nécessaires pour le cancer qui l’a finalement emporté, et a donc décidé de renoncer à la superficialité de ce système.

Au matin, après avoir roulé toute la nuit, Lacie est déposée par la camionneuse à quelques kilomètres du lieu du mariage. Elle parvient à se faire transporter par un groupe de cosplayeuses mais en route, Naomi a vu la note de Lacie à 2,8 et refuse tout net qu’une personne de son statut vienne, révélant qu’elle comptait uniquement sur la note de 4,2 que Lacie avait auparavant pour encore améliorer sa note. Furieuse et profondément blessée, Lacie décide malgré tout d’aller au mariage, empruntant un quad et s’introduisant par effraction dans le quartier résidentiel de Naomi, réservé aux personnes à une note supérieure à 3,8. Elle parvient à s’emparer du micro et commence, sale et ivre, un discours à cœur ouvert, révélant son admiration pour Naomi, son soutien quand Lacie a souffert de boulimie et sa douleur de la voir lui tourner le dos pour une vie en apparence parfaite, d’autant qu’elle avait couché avec son petit-ami.
Lacie est finalement arrêtée, sa note ayant chuté après son discours. Elle finit en cellule et voit un homme lui aussi en cellule l’observer. Sans moyen de le noter, elle commence à lui faire des reproches et peu à peu, ils se lancent dans un concours d’insultes libérateur pour Lacie.

 

 

PIERRE JOVANOVIC : LES SUMÉRIENS et LE MENSONGE UNIVERSEL

Quand les écrits sumériens s’opposent à nôtre vision du monde biblique …
Sumer ? C’était 3000 ans av.J.C situé en Mésopotamie sur le territoire irakien. Nôtre monde leur doit tout est-il prouvé depuis peu aujourd’hui…
L’écriture et la roue…Ils ont divisé le temps en seconde et en minute. Ont dompté la nature et bâti des cités gigantesques. Ont favorisé la culture et les arts. Ont tracé les premières routes ommerciales…Ils sont enfin à l’origine de nos mythe fondateurs et notamment bibliques…

Sceau d’ENKI

Au vu de nos connaissances actuelles il semble bien que dans nôtre histoire ce peuple est bien “le peuple élu”, les autres venant plus tard n’ayant fait que s’inspirer voire simplement plagier les écrits laissés par cette civilisation, ces derniers étant tous au service d’une nouvelle élite désireuse de contrôler le monde donc les populations par la religion et ses tabous…

Arbre de la connaissance sumérienne

plus :
https://www.fichier-pdf.fr/2016/04/09/3485374/3485374.pdf.
http://secretebase.free.fr/civilisations/sumeriens/religions/religions.htm.
http://stopmensonges.com/lorigine-sumerienne-de-la-bible-les-preuves/.

Facebook = Dictature numérique orwellienne

Dictature numérique orwellienne, surveillance, terrorisme, et réseaux sociaux : il faudra désormais indiquer (facultativement pour le moment) son compte Facebook ou autre et ses pseudos pour entrer et voyager aux États-Unis

Entrer désormais aux États-Unis : une procédure ESTA enrichie :
Le renseignement des comptes liés aux réseaux sociaux a maintenant été ajouté, de manière optionnelle, à la procédure ESTA pour obtenir l’autorisation d’entrer aux États-Unis.
On ne le dit jamais assez, mais ce que vous publiez sur les réseaux sociaux est le reflet de qui vous êtes. Les autorités
américaines l’ont bien compris et semblent déterminées à vérifier vos activités au plus près de votre actualité. Durant la procédure pour obtenir
le document ESTA, sorte de laissez-passer pour entrer sur le territoire américain, il sera demandé de fournir les liens vers vos comptes sur les
réseaux sociaux, Facebook et Twitter, évidemment, mais aussi Instagram, YouTube, Tumblr, etc.
Une donnée optionnelle. L’idée est de pouvoir vérifier que la personne demandant le document ne constitue pas une menace envers les USA, via ses données
personnelles. Une méthode assez douteuse, qui est déjà largement décriée par les groupes de défense de la vie privée américains. La défense des autorités
tient autour du fait que ces cases ne sont pas obligatoires.En effet, la demande reste optionnelle, elle ne constitue
par une obligation. Au moment de la demande, vous verrez apparaître clairement, à côté de la section social media la mention optionnel. Le
fait de laisser cette case blanche n’engendrera, en aucun cas, le refus du dossier d’après les autorités américaines.
Il est cependant assez interpellant de voir ce genre de données entrer, pour la première fois, dans une procédure officielle. Les
réseaux sociaux prennent une place croissante dans notre vie privée est dans la centralisation des données personnelles, il est donc probable de voir ce
genre d’initiatives se multiplier et s’intensifier.

1) C’est vrai pour le moment. Mais les oligarques smart-fascistes sont malins : ils utilisent souvent la méthode des petits
pas (ou de la grenouille dans de l’eau froide qu’on chauffe très graduellement) pour atteindre leurs buts. Il leur suffit d’un prétexte (un
attentat bien choisi, et en rapport avec les réseaux sociaux par exemple) pour légitimer le passage de cette mesure au mode obligatoire.

2) Cette mesure a déjà des conséquences immenses sur la liberté d’expression : on n’écrit pas la même chose sur les réseaux sociaux lorsqu’on sait qu’on souhaite aller aux États-Unis dans un proche futur
C’est une mesure perverse et subtile invitant les gens à l’autocensure.

Année après année, les États-Unis confirment qu’ils s’enfoncent hélas dans une société détestable et de plus ne plus orwellienne, et
toujours avec les mêmes justifications injustifiables : C’est pour votre C’est pour lutter contre le terrorisme, etc.

“Intégrité et corruption en politique” par Philippe PASCOT

 

Sur la toile comme dans la réalité, il y a des personnes qui sont incontournables au vu des propos qu’elles peuvent tenir, surtout si celles-ci sont fondées et prouvées, c’est le cas de Philippe Pascot avec ses livres sur la « mafia d’état » et les abus en tout genre que nous payons chaque jour.

Ce qui est hallucinant, c’est que nous le savons depuis des années, nous laissons faire sans réellement broncher, et si nous le faisons, c’est généralement de manière éparse en refusant de nous unir au nom de valeurs que l’on nous a imposé pour nous diviser, sans même tenter de nous unir. Il y a eu entre autres les révoltés, les indignés, les pigeons, les bonnets rouges, les agriculteurs, les taxis, maintenant les « nuit debout », mais encore une fois, sont regardés avant tout ceux jugés inacceptables pour mener un combat contre les responsables politiques d’un système largement pourri de l’intérieur.

Un petit recentrage s’impose pour vous montrer ce que nous devons dénoncer et combattre, recentrage magnifiquement réalisé par Philippe Pascot dans cette conférence au contenu plus qu’explosif.